Les réponses à vos questions

Vous trouverez ci-dessous nos réponses aux principales questions posées.

La Foire aux Questions est alimentée tout au long de la démarche de concertation du projet éolien du Plateau du Vexin. N'hésitez pas à nous solliciter !

Sur l'éolien en général

Pourquoi développer l’éolien ?

En France, l'électricité produite par des énergies renouvelables (hydraulique, éolien, solaire, méthanisation...) complète la production d’électricité des centrales nucléaires et à combustibles fossiles. Toutes ces énergies composent le bouquet énergétique français. L’éolien exploite une énergie locale, gratuite et infinie, le vent. C’est cet aspect qui permet de produire une électricité décarbonée et peu chère qui sont les principaux arguments du développement de l’éolien en France

 La Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte adoptée en 2015 a pour objectif que la part des énergies renouvelables atteigne 32 % de la consommation finale brute d’énergie d'ici 2030. La France disposant de la 2ème ressource en vent d’Europe, l’éolien représente 9,5 % de la consommation électrique française au cours du premier semestre 2020 (source : Ministère)

 

24,5M de Français, soit près de 11 millions de foyers sont alimentés par les 13 760 MW du parc éolien installé (hors chauffage et eau chaude)*.

* Sur la base de l’hypothèse de consommation des ménages = 2 700kWh /ménage/ an - source ministère de la transition écologique et solidaire – 2019.

La publication de la Programmation pluriannuelle de l’énergie le 21 avril 2020 confirme l’importance de la filière éolienne, tant terrestre que maritime, dans la stratégie de transition énergétique portée par la France. Les objectifs sont ambitieux, puisqu’il s’agit de doubler la capacité installée d’ici 2028 pour l’éolien terrestre.

 

Terre et lac conseil - PLateau du vexin

 

Quels sont les objectifs régionaux ?

(Extrait du SRADDET Normandie)

 

En 2020, 864 MW d’éolien terrestre étaient raccordés dans la région normande. Le  SRADDET Normandie a pour objectif d’installer entre 1100 et 1325 MW supplémentaires d’ici 2030.  En parallèle, les parcs existants arrivant pour certains en fin de concession pourront faire l’objet d’un Repowering et de compléments de puissance ce qui limitera fortement le besoin de nouvelles installations.

 

En 2011, la région et l’Etat avaient adopté un Schéma Régional Eolien (SRE) afin d’identifier les zones du territoire propices au développement éolien, de fixer des objectifs et d’encadrer les projets pour éviter un mitage des sites et des paysages sensibles. Le projet éolien du plateau du Vexin se situe en zone favorable du SRE. Ce même document envisage d’installer à terme entre 72 et 102 MW dans cette zone favorable dénommée plateau du Vexin Normand (zone n°4). Selon le site de la DREAL Normandie, 30 MW sont actuellement en fonctionnement, en construction ou accordé dans cette zone.

 

Quelques sources en plus :

L'éolien en 10 question : ADEME

Paroles d’élus : Pourquoi l’éolien dans nos territoires : France Energie Eolienne (FEE)

Les éoliennes contribuent-elles à la lutte contre le réchauffement climatique ?

L’énergie éolienne n’est pas une énergie fossile. En moyenne, une éolienne d’un parc français émet 12,7g de CO²/kWh sur l’ensemble de son cycle de vie (Source : France Energie Eolienne). Une éolienne n’émet aucun gaz à effet de serre lorsqu’elle produit de l’électricité puisque l’énergie provient d’une source naturelle et renouvelable : le vent. La variabilité des éoliennes  n’engendre pas un usage supplémentaire d'énergies fossiles ou l’installation massive de batteries pour compenser les heures sans vent. En effet le réseau électrique français dispose de nombreux atouts  et spécificités comme le stockage hydraulique avec une capacité hebdomadaire comprise en 1000 et 3500 GWh selon RTE ou encore le foisonnement, l’effacement… De ce point de vue, les éoliennes sont bel et bien une technologie qui nous permet de lutter contre le réchauffement climatique.

L'électricité nucléaire est-elle moins chère, ou plus chère, que celle produite par les éoliennes ?

Le coût de production des énergies renouvelables et de l'éolien en particulier sont en constante diminution. En 2015, le coût de cette énergie était de 80€ par MWh, il est aujourd'hui en dessous de la barre des 60€/MWh, quand le nucléaire est proche des 110€/MWh (prix projeté pour l’EPR de Flamanville). D'ici un à deux ans, l'éolien se situera autour de 40 à 50 € par MWh, à parité avec le prix moyen du marché de l'électricité : il ne nécessitera plus aucun soutien particulier !

Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter le site de l'ADEME, et notamment ce rapport sur l'évolution du mix électrique 2020-2060 en France (Source : ici)

Comment fonctionne une éolienne ?

Les éoliennes fonctionnent à des vitesses de vent généralement comprises entre 10 et 90 km/h. Un système permet d’orienter la nacelle afin que le rotor soit toujours face au vent. Les pales de l'éolienne captent la force du vent et font tourner un axe (le rotor) d’environ 15 tours par minute selon les modèles. L'énergie mécanique ainsi créée est transformée en énergie électrique par un générateur situé à l'intérieur de l'éolienne, dans la nacelle. Cette électricité est ensuite convertie à la bonne tension pour être injectée dans le réseau électrique par des câbles souterrains

Pourquoi une éolienne ne tourne pas tout le temps ?

Un vent inférieur à 10 km/h est insuffisant pour faire démarrer et tourner une éolienne. À l’inverse, un vent trop fort entraîne l’arrêt de l’éolienne, de manière à éviter tout risque de casse des équipements et minimiser leur usure. Ces arrêts pour cause de vents forts sont peu fréquents en France métropolitaine et sont souvent automatisés : ils ne dépassent pas 10 jours par an.

Quasiment toutes les éoliennes sont installées sur des sites caractérisés par des vitesses de vent en moyenne supérieures à 20 km/h. Les nouvelles éoliennes plus performantes, dites « toilées », peuvent être installées sur des sites avec des vitesses plus faibles. Les améliorations technologiques actuelles et à venir vont permettre de valoriser une plus grande part de la ressource en vent de la France.

Une éolienne peut être mise volontairement à l’arrêt pendant de courtes périodes pour réaliser des opérations de maintenance. Cette indisponibilité ne représente que 1,5 % du temps, soit environ 5 jours par an.  Les éoliennes fonctionnent aujourd’hui entre 75 et 95% du temps (ADEME).

Source : Éolien, variabilité et stockage - France Energie Eolienne (fee.asso.fr)

 Une étude d'analyse du cycle de vie des éoliennes a-t-elle été réalisée ? 

Une étude d'analyse du cycle de vie des éoliennes (ACV) a été réalisée par l'ADEME sur l'ensemble des indicateurs d'impact environnementaux (écologiques, sols, eaux, matières premières...).

Il en ressort :

  • Un temps de retour énergétique de 12 mois, c'est-à-dire qu'une éolienne produit en 12 mois autant d'énergie qu'il aura fallu pour la fabriquer et l'installer;
  • Un facteur de récolte de 19, ce qui signifie qu'une éolienne produit durant sa vie 19 fois la quantité d'énergie qu'il aura fallu pour sa fabrication (calculé à l'époque pour une durée de 20 ans, sachant que les éoliennes ont désormais une durée de vie de 25 ans).

C'est la fabrication des composants qui impacte le plus l'environnement.

L'étude conclut ainsi sur l'impact sur les sols, l'eau et l'air : "En termes d'acidification, l'éolien est moins impactant que le mix électrique global. [...] On observe aussi que l'éolien est remarquablement économe en eau. L'impact sur l'air est caractérisé par des émissions de 0,01g PM2,5eq2., plus faibles que le mix électrique français (0,023g PM2,5eq, année 2011)." A propos des sols, l'étude indique que "par manque de données, l'impact est majoré : i) on suppose que le sol ne retrouvera pas ses fonctions avant 40 ans; ii) les chemins d'accès sont traités comme des routes et représentent ainsi 50% de l'impact total".

Ainsi, tant en termes de CO2 que d'impact écologique global, l'éolien est considéré comme une des sources de production énergétique la plus propre.

L'Analyse de Cycle de Vie (ACV) permet de calculer le nombre de gramme équivalent CO2 émis par kWh électrique produit, en prenant en compte toutes les étapes de la vie d'une éolienne. L'ACV est un calcul normalisé depuis 2006 selon les normes ISO 14040 et 14044. Aujourd'hui, plusieurs données existent permettant de comparer, en termes d'analyse du cycle de vie, plusieurs modes de production. Le tableau ci-dessous, publié en 2008 par Energy Policy et réalisé par Benjamin K. Sovacool (Valuing the greenhouse gas emissions from nuclear power : a critical survey), permet cette comparaison.

Dans ce tableau (Analyse du Cycle de Vie de la production d’électricité d’origine éolienne en France ADEME 2015 - d'après : Rapport GIEC (2011), Ecoinvent (données 2011) ), on peut constater que les filières renouvelables sont les moins polluantes et que les filières utilisant des matières premières non renouvelables sont les plus polluantes, à l'exemple du charbon et du fuel. L'éolien occupe quant à lui la première (en mer) et la troisième (sur terre) place de ce tableau en 2008.

Figure 49 - Emission de gCO2e/KWh sur tout le cycle de vie par énergie - GIEC

Le site internet de RTE (https ://www.rte-france.com/fr/eco2mix/donnees-en-energie) détaille la production d'électricité par filière (en TWh) par année, comme par exemple l'année 2017 : 

Tableau de la production et des émissions de CO2 par filière en 2017 - RTE et ADEME

 

Sur la production

Quelle quantité d'électricité fournit une éolienne ?

Cela dépend des modèles utilisés. Plus les pales sont hautes et le diamètre large, plus l’éolienne produit. Aujourd’hui, les modèles d’éolienne installés en France ont une puissance de 2 à 5 MW. Une éolienne d'une puissance de 4,2 MW produit annuellement environ 9 240 mégawattheures, soit la consommation électrique d'environ 4 200 personnes (environ 35 % de la population de Gisors.)

Où va l'électricité produite ?

L’électricité produite par les éoliennes converge par des réseaux souterrains au poste de livraison, un petit bâtiment installé à quelques mètres des éoliennes.  Le poste de livraison abrite différentes protections électriques et un système de communication permettant d’optimiser et contrôler le parc à distance. Le poste de livraison est ensuite relié par Enedis à un poste source qui distribuera l’électricité sur le réseau électrique. L'électricité choisira le chemin le plus court entre l'endroit où elle est injectée sur le réseau et l'endroit où elle est utilisée. Ainsi l'électricité consommée sur le territoire est celle produite localement.

Sur la comparaison entre énergies éolienne et solaire

Du côté de l'éolien...

Cette énergie produit en été comme en hiver, la nuit comme le jour et révèle sa performance dans les lieux ventés. Aujourd'hui, 90% d'une éolienne est recyclable.

 

Du côté du solaire...

Cette énergie produit majoritairement en été, le jour uniquement et révèle sa performance dans les lieux ensoleillés. Aujourd'hui, entre 85 et 95% des matériaux qui composent un panneau solaire peuvent être recyclés.

 

Comparons les productions dans l'Eure !

D'après la source Letantot, une éolienne de 4 MW produit environ 11,11 GWh / an. Compte tenu de l'ensoleillement moyen dans l'Eure (1000 kWh/kWc - hypothèse haute de quelleenergie.fr), pour produire la même quantité d'énergie qu'une éolienne, il faut installer 11.11 MW de solaire soit presque 3 fois plus que de puissance éolienne !

Comparons maintenant en termes de surface : une éolienne de 4 MW prend environ 2500m² au sol (2000m² de plateforme + chemin d'accès). Pour produire la même énergie, il faut installer 11.11 MW de solaire. En considérant des panneaux de puissance unitaire de 445 Wc mesurant 1.134m * 2.274m, on obtient une surface de 64387m², soit 25;75 fois plus que l'éolien pour produire la même quantité d'énergie.

Quand est-ce qu'une éolienne ou un panneau solaire "rentabilise" l'énergie utilisée lors de sa production ?

Une installation photovoltaïque met environ 3 ans à produire une énergie équivalente à celle qu'elle a consommé pour sa fabrication. Sur une durée de vie de 30 ans, elle aura donc produit 30 / 3 = 10 fois plus d'énergie qu'elle n'a consommé au total. Le rendement, qui est le rapport de l'énergie produite par l'énergie consommée, est donc de 10 pour 1, soit 1000 %.

Une éolienne a un temps de retour énergétique entre 6 mois et 1 an, et une durée de vie de 25 ans (souvent plus en pratique). Sur son cycle de vie, elle produira donc 20 fois plus que ce qu'elle n'a consommé pour sa fabrication, ce qui correspond à un rendement supérieur à 2000 %.

Au global, si l'on parle de consommation d'énergie pour produire la même quantité d'électricité :

  • Une installation photovoltaïque consomme 10 fois moins qu'elle ne produit;
  • Une éolienne consomme 20 fois moins qu'elle ne produit.

Sur le démantèlement

Quelle est la durée de vie d’une éolienne ?

Selon l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la durée de vie moyenne d’une éolienne est estimée à 20 ans. Néanmoins, les nouveaux modèles sont garantis jusqu’à 25 à 30 ans selon les constructeurs. Par ailleurs, les parcs peuvent avoir une durée de vie bien plus longue grâce au « repowering » (implantation de machines neuves plus performantes, pour remplacer les plus anciennes).

Qui procède au démantèlement ?

En France, le démantèlement est à la charge de l’exploitant du parc éolien. L’arrêté du 26 aout 2011 modifié le 22 juin 2020 prévoit que le démantèlement concerne les installations de production d’électricité, les postes de livraison ainsi que les câbles dans un rayon de dix mètres autour des éoliennes et des postes de livraison.

Le démantèlement n’est en aucun cas à la charge du propriétaire foncier, de l’exploitant agricole ou de la commune.

Combien coûte le démantèlement d’une éolienne ?

Conformément à l’article R.515-106 du Code de l’Environnement et à l’arrêté du 22 juin 2020 précisant les modalités s’appliquant aux parcs éoliens, les opérations de démantèlement et de remise en état du site sont aujourd’hui parfaitement connues et cadrées par la loi. 

Celles-ci sont à la charge du propriétaire du parc éolien, et en aucun cas à la charge du propriétaire du terrain. 

Parmi les différentes règles édictées, les textes prévoient aujourd’hui l’excavation de la totalité des fondations est obligatoire dans le cas d’éoliennes installées sur des terrains à vocation agricole. Il est en effet important de souligner que l’éolien est aujourd’hui une technologie parfaitement réversible : en d’autres termes, et contrairement à d’autres moyens de production, il est tout à fait possible de démonter les installations et rendre au terrain sa vocation originelle dès la fin d’exploitation du parc. 

D’autre part, la loi oblige également l’exploitant à provisionner, au moment de la construction d’un parc, une somme de 50 000 € pour les éoliennes d’une puissance inférieure ou égale à 2MW puis de 10 000€ par MW supplémentaire, pour pallier son futur démantèlement. A noter néanmoins que les premiers démantèlements réalisés en France ont démontré qu’un montant de 50.000€ par éolienne correspond au coût réel du démantèlement complété par la revente des éléments de l’éolienne à recycler ou réutiliser (revendus).  Le reste à charge est amorti lors de la période d’exploitation de l’éolienne.

Ainsi, pour une éolienne de 4,2 MW (puissance envisagée pour le projet éolien du Plateau du Vexin), la somme à approvisionner par éolienne est de 72 000 euros.  

En cas de défaillance de l’exploitant, ce qui n’est pour le moment jamais arrivé en France, le Préfet dispose de ces provisions mises sous séquestre par le porteur de projet au moment de la construction du parc pour démanteler le parc. En aucun cas, le démantèlement ne peut être à la charge du propriétaire du terrain, de l’exploitant agricole de la parcelle ou de la commune. 

Source : Rubrique 2980 de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement – Légifrance 
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000042056014&dateTexte=&categorieLien=id 

Sur les études d'impact

A quoi correspondent les études d'impact ?

Les études d’impact regroupent l’ensemble des études menées lors du développement du projet : étude des vents, acoustique, paysagère, écologique, patrimoniale, étude de dangers. Les études d’impact sont des études qui visent à apprécier toutes les conséquences d’un projet, aussi bien positives que négatives, afin de tenter d’en éviter, réduire ou compenser les impacts.

Les sujets analysés et traités dans les études d’impact sont définis par la réglementation des ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) dont relèvent les éoliennes. En effet, conformément à l’article R.511-9 du Code de l’Environnement, modifié par le décret n°2011-984 du 23 août 2011, les parcs éoliens sont aujourd’hui soumis à la rubrique 2980 de la nomenclature des installations classées.

 

Comment est évalué le sérieux des études d'impact ?

L’ensemble des études d’impact sont regroupées dans le dossier final qui sera déposé en Préfecture en vue d’obtenir l’autorisation de construire. Ce dossier est appelé DAE, Demande d’Autorisation Environnementale. La Préfecture pilote l’instruction du dossier et s’appuie pour cela sur l’ensemble des services compétents pour évaluer les études réalisées, et notamment la DREAL, la DDT ou l’ARS. Une expertise indépendante statue en complément sur la qualité du dossier, la Mission Régionale de l’Autorité Environnementale (MRAe - http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/normandie-r23.html). Ces services imposent une méthodologie très règlementée pour la réalisation de l’ensemble des études. Si besoin, il peut être demandé au porteur de projet d’apporter des compléments d’information, voire d’adapter certaines parties du projet, s’il est considéré que certains enjeux sont insuffisamment pris en compte.

 

Qu'est ce que l'étude écologique ?

L’étude écologique permet d’étudier, sur au moins un cycle biologique complet, les impacts potentiels d’un parc éolien sur la faune et la flore environnantes (oiseaux, chauve-souris, serpents et amphibiens, mammifères terrestres, insectes, fleurs et plantes). Son objectif est d’étudier la zone d’implantation et les potentielles contraintes environnementales. Cette appréciation est réalisée par un bureau d’études indépendant, spécialisé et local (Fauna Flora). A la fin du processus, le bureau d’études émet alors des préconisations dans le but d’Eviter, Réduire ou Compenser les potentiels impacts (mesures ERC). En fonction de ces préconisations, nous nous chargeons d’appliquer la règle ERC adéquate.

Qu'en est-il de l'impact du parc éolien sur les animaux sauvages et la chasse ?

Ce sujet a été suivi sur de nombreux parcs en France afin d’apporter des éléments de réponse à une question naturellement très fréquente. La tendance qui se dégage aujourd’hui est un phénomène d’habituation de la faune : passé un inévitable dérangement passager, du fait de la construction du parc puis de la mise en service des éoliennes, il est rapidement observé un retour de la faune sur site (en moins de six mois généralement).

Par ailleurs, et contrairement à certaines idées reçues, aucune restriction particulière ne s’applique aux activités de chasse : celles-ci sont parfaitement autorisées sous les éoliennes, dans le strict respect des règles habituelles de sécurité liées à cette activité.

Enfin, il est utile de rappeler que la démarche de concertation que nous menons a pour but de coconstruire avec vous certaines des mesures qui seront mises en place autour du projet. Il est ainsi tout à fait envisageable de mettre en place avec vous et avec les associations locales des mesures pour favoriser le maintien et le retour de la faune à la suite des travaux d’installation des éoliennes : plantation de haies, jachère de faune sauvage, réhabilitation de mares, de cours d’eau, etc.

 

Quel est l'impact d'un parc éolien sur les oiseaux ?

Les chauves-souris et les oiseaux sont les animaux les plus sensibles à l’implantation d’un parc éolien. Les développeurs éoliens œuvrent conjointement avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) ou des associations locales et l’ADEME (l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) depuis 10 ans pour l’évaluation des impacts de l’éolien sur la faune aviaire. Le taux de mortalité des oiseaux varie en fonction de la configuration du parc éolien et se situe entre 0 et 60 individus par an et par éolienne. Cette mortalité peut être considérée comme faible si l'on compare à celle des lignes électriques (40 à 1230 oiseaux par kilomètre de ligne et par an) ou encore aux routes (30 à 100 oiseaux par kilomètre de route et par an).

La mortalité aviaire relative au fonctionnement d’un parc éolien est prise en compte dans les études environnementales réalisées préalablement au développement d’un parc éolien. Les études incluent un travail bibliographique poussé puis des sorties de terrain pendant l’ensemble du cycle écologique (un an) : hivernage, nidification, migrations, etc. Ces études ont pour vocation de dresser un inventaire de l’ensemble des espèces présentes sur un site à l’étude et de réfléchir aux mesures à déployer pour les préserver si besoin. Des restrictions concernant l’implantation des éoliennes peuvent notamment être imposées afin de préserver les trajets migratoires des oiseaux et les zones de nidification. Des innovations sont aussi en cours de développement et permettront de détecter le mouvement des oiseaux et d’adapter en fonction l’activité des éoliennes.

 

Peut-on ralentir ou arrêter les éoliennes pour protéger la faune volante (oiseaux et chauves-souris) ?

Oui, c’est possible, en fonction du résultat des études et des préconisations du bureau d'études. En effet, si les études démontrent que les chauves-souris ou les oiseaux risquent d’être impactés par le fonctionnement des éoliennes à certaines périodes de l’année ou à certaines heures de la journée en fonction de leur rythme naturel, alors nous devons mettre en place des mesures de bridage de nos machines sur ces créneaux afin de ne pas perturber l’espèce.

Sur les incidences potentielles

Est-ce que les éoliennes font du bruit ?

Une éolienne génère du bruit en raison du mouvement des pales et des éléments mécaniques. Ce bruit est néanmoins très discret et il existe une réglementation très stricte en la matière. 

Une éolienne émet en effet un bruit aérodynamique dû au frottement des pales dans l'air puis un bruit de type mécanique lié au fonctionnement des éléments contenus dans la nacelle (génératrice, multiplicateur, etc.)

Au niveau du rotor, le niveau de bruit peut être proche de 100 décibels. Au pied d'une éolienne, le niveau sonore s'élève à environ 55 décibels. À 500 mètres (distance minimale entre une éolienne et une habitation), il atteint 35 décibels environ.  

Les émissions sonores des parcs éoliens sont soumises à la réglementation des bruits de voisinage (décret du 18 avril 1995 et circulaire du 27 février 1996) qui repose sur l'évaluation de l'émergence chez le voisin du bruit particulier. Ce décret impose que le nouveau niveau sonore ne dépasse pas l’ancien niveau relevé de 5 décibels le jour et de 3 décibels la nuit. 

echelle bruit

Comment se déroule l’étude acoustique ?

L’étude acoustique permet d’identifier le niveau de bruit ambiant puis de modéliser celui après l’implantation du parc éolien. Pour cela, le bureau d’études pose des micros dans les jardins à proximité de la zone d’étude. Une fois le niveau sonore connu, le bureau d’étude va simuler le niveau sonore une fois l’implantation du parc avec différents types d’éoliennes. 

Si vous souhaitez accueillir un micro pour les études n’hésitez pas à nous contacter via le formulaire « contact ».

Lorsque le gabarit d’éolienne est arrêté, un plan de bridage peut être mise en place si le nouveau volume sonore ne respecte pas la réglementation (arrêt ou diminution de la puissance des éoliennes sous certaines conditions de vitesse et d’orientation de vent). 

Une fois le parc construit, des micros sont installés sur les mêmes parcelles que pendant l’étude acoustique afin de comparer les simulations à la réalité et permet ainsi de mettre en place de nouvelles mesures si cela s’avère nécessaire.  

Afin de réduire les nuisance sonores, les fabricants apportent des améliorations technologiques à leur éoliennes : design optimisé des pales, matériaux composites et machines utilisant des engrenages de précision silencieux et coussinets amortisseurs. Les éoliennes récentes sont aussi équipées d'un système de serration, des sortes de peignes fixés sur les bords de fuite des pales pour réduire le son qu'elles émettent lors de leur pénétration dans l'air. 

Si toutefois les habitants rencontrent une gêne une fois le parc construit, ils pourront le signaler à la mairie ce qui nous permettra d’installer un micro et de modifier le plan de bridage qui sera mis en œuvre. 

Que se passe-t-il en cas de vents violents ?

Une éolienne fonctionne avec des vents compris entre 10 et 90 km/h. Avec les nouvelles générations d’éoliennes, nous pouvons aller chercher des vents de plus faible intensité, ce qui permet d’envisager une production électrique importante sur des territoires variés. Les risques d’arrêt sont donc réduits. En parallèle, les éoliennes sont prévues pour résister à des forces de vents très élevées. En cas de tempête, la procédure de mise en drapeau se met en place et a pour objectif d’arrêter la rotation du rotor, et de placer l’éolienne de manière à éviter la prise au vent. Les éoliennes installées en France sont en capacité de supporter une tempête avec des vents allant jusqu’à 250km/h.

Les éoliennes ont-elles un impact sur la valeur immobilière des habitations ?

La valeur de l’immobilier dépend de nombreux critères : activité économique de la zone considérée, opportunités en termes d’emploi local, services publics disponibles à proximité, état global du marché du logement, valeur du bien immobilier et évolution de cette valeur, localisation de la maison dans la commune, etc. Les variations du coût de l’immobilier sont liées, en premier lieu, aux prix du marché et aux services fournis par un territoire (transports, écoles, déchets, etc.).

Il s’agit également de la surface habitable, des équipements du bien, de la vétusté, des travaux nécessaires avant l’emménagement, …

Ce sont principalement ces paramètres objectifs qui fixent la valeur d’un bien immobilier. L’influence des paramètres subjectifs est très limitée et ponctuel car ils dépendent de chacun. Il peut s’agir de l’impression personnelle sur le bien, du ressenti du voisinage du bien ou encore de la présence potentielle ou effective d’un parc éolien.

Plusieurs études indépendantes, analysant des centaines voire des milliers de transactions immobilières aux abords de parcs éoliens, ont été conduites à travers le monde. Trois principales études peuvent être citées :

1) En France, l'étude réalisée en 2020 dans le Nord Pas-de-Calais avec le soutien de la Région et l'ADEME a porté sur 10 000 transactions analysées à travers 116 communes, dans un rayon de 5km autour de 5 parcs éoliens. Les données ont commencé à être récoltées 3 ans avant la construction, au cours de l'exécution du chantier (1 an), et tout au long des 3 ans qui ont suivi la mise en service. Cette étude conclut que sur les territoires concernés par l'implantation d'éoliennes, "le volume des transactions pour les terrains à bâtir a augmenté sans baisse significative en valeur au m2 et que le nombre de logements autorisés est également en hausse". (Évaluation de l’impact de l’énergie éolienne sur les biens immobilier, Contexte du Nord-Pas-de-Calais, Association Climat Énergie Environnement, 2010)

2) Aux Etats-Unis, dans l'Etat du Massachusetts, une étude géante a été publiée en 2016 par Ben Hoen, chercheur au Lawrence Berkeley National Laboratory. Cette étude a porté sur un échantillon de 122 000 transactions de vente conclues entre 1998 et 2012, dans un rayon de 16 km autour d'une quarantaine d'éoliennes se trouvant à proximité d'une zone à forte densité de population. Cette dernière révèle une absence d'impact exclusivement lié aux éoliennes sur le niveau de prix de vente des maisons à proximité (Wind Turbines, Amenities and Disamenities: A Study of Home Value Impacts in Densely Populated Massachusetts | Electricity Markets and Policy Group (lbl.gov) Au Royaume-Uni, une étude menée en 2013 conclut de la même manière (Gone with the wind : valuing the local impacts of wind turbines through house prices, Stephen Gibbonsab, 2013, disponible sur : eprints.lse.ac.uk/58422/ ).

3 ) En Belgique enfin, une enquête immobilière réalisée par la Koninklijke Universiteit Leuven constate qu'à 500 mètres d'une éolienne, une dévalorisation de 3,5% est possible; à moins de 2 km, de 2,66%; et qu'au-delà de 3 km, l'effet était négligeable. Cette dévaluation apparaît ainsi largement inférieure aux 20 ou 30% annoncés par certaines associations d'opposants.

Cet effet pouvant exister pendant la phase de travaux est également observé pour tout nouvel aménagement (autoroute, antenne...) et ne perdure pas dans le temps. L'effet dépréciateur est limité à la fois dans le temps, dans l'espace et en intensité.

A l'inverse, les communautés locales qui bénéficient de retombés économiques de l'éolien disposent de nouveaux moyens pour créer ou améliorer les services collectifs locaux (école, crèche, nouvelles voiries, centre de santé...), ce qui peut entrainer une hausse de la valeur immobilière de certains biens (https://fee.asso.fr/comprendre/desintox/eolien-et-immobilier/#:~:text=Selon%20l'indice%20ERA%2DKUL,%2C%20l'effet%20%C3%A9tait%20n%C3%A9gligeable ).

Sur la santé humaine

Quel est l'impact de l'éolien sur la santé humaine ?

La règlementation française figure parmi les plus protectrices en ce qui concerne les effets sanitaires des éoliennes et permet d’assurer un niveau élevé de protection des riverains et de l’environnement tout au long de l’exploitation de l’installation.

Dans son rapport de mai 2017, l’Académie de Médecine conclue (p 18 - https://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2017/05/Rapport-sur-les-%C3%A9oliennes-M-Tran-ba-huy-version-3-mai-2017.pdf)  que l’éolien terrestre présente indubitablement des effets positifs sur la pollution de l’air et donc sur certaines maladies (asthme, BPCO, cancers, maladies cardio-vasculaires). Par ailleurs, il ne semble pas induire directement des pathologies organiques. Toutefois, il ressort de l’étude de la littérature et des doléances exprimées par de multiples associations de riverains qu’au travers de ses nuisances sonores et surtout visuelles, il affecte la qualité de vie d’une partie des riverains et donc leur « état de complet bien-être physique, mental et social » lequel définit aujourd’hui le concept de santé.

Le texte indique p 14 que « l’analyse de la littérature médicale et scientifique (plus d’une soixantaine d’articles ont été publiés à ce jour sur les effets sanitaires des éoliennes) ne permet pas de démontrer que celles-ci - lorsqu’elles sont correctement situées – retentissent significativement sur la santé. En d’autres termes, aucune maladie ni infirmité ne semble pouvoir être imputée à leur fonctionnement ». Le rapport écarte tant les risques visuels qu’auditifs qui définiraient le « syndrome éolien » mais aussi le risque lié aux effets stroboscopiques et aux infrasons.

 

Les éoliennes engendrent-elles des maladies ?

L’étude canadienne « Community Noise and Health Survey » (2013), seule étude à grande échelle basée sur des faits subjectifs et objectifs (mesures des hormones de stress : taux de cortisol, pression artérielle, fréquence cardiaque), révèle que le bruit et la proximité des machines n’ont pas d’incidences « manifestes » sur la santé, à l’exception de la gêne qui peut être ressentie.

Qu'est ce que les infrasons ? Représentent-ils un risque pour la santé humaine ?

La question des infrasons revient régulièrement lorsqu’on parle de projet éolien et d’impact potentiel sur la santé. Les infrasons sont des ondes sonores se situant en-dessous de la limite moyenne d’audition humaine. Selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES), les infrasons ne représentent pas un risque dans le cas de parc éolien étant donné que les études réalisées « ne mettent pas en évidence d’argument scientifique suffisant en faveur de l’existence d’effets sanitaires liés aux expositions au bruit des éoliennes ». L’ANSES n’identifie donc pas de lien entre les infrasons émis et le mal-être de certains habitants après l’implantation d’un parc (certaines plaintes ayant notamment été formulées quand les éoliennes ne tournaient pas, donc sans aucune émission). L’ANSES recommande de maintenir la distance réglementaire de 500 m minimum entre les habitations et un parc éolien.

Iconographie infrasons

Pour plus d’information, voir les résultats de l’ANSES sur l’évaluation des effets sanitaires liés aux basses fréquences sonores (20 Hz à 200 Hz) et infrasons (inférieurs à 20 Hz) émis par les parcs éoliens.

Rapport de l’ANSES : “Evaluation des effets sanitaires des basses fréquences sonores et infrasons dus aux parcs éoliens”, mars 2018, disponible ici : https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2013SA0115Ra.pdf